GEENDE
hide menu

Du 3 au 9 mars Tbilissi est secouée par une vague de manifestations en la mémoire du dictateur Staline, elles cristallisent le sentiment antisoviétique.Le mouvement est réprimé dans un bain de sang. Plus d’une centaine de jeunes sont tués par les forces spéciales soviétiques.

Visite à Tbilissi de Nikita Khrouchtchev, le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste et chef du gouvernement de l’Union soviétique. Période de dégel dans les relations Est/Ouest.

Le Dynamo Tbilissi est champion de football d’Union soviétique. Après le Dynamo Kiev en 1960, c’est la deuxième équipe non russe à remporter le titre.

Le 21 août, les troupes soviétiques entrent dans Prague, mettant une fin brutale au « Printemps de Prague ».

Démission de Vassili Mzhavanadze, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste géorgien. Edouard Chevardnadze est élu à sa succession.

La première organisation géorgienne des droits de l’homme, le « Groupe Helsinki géorgien », est fondée par Merab Kostava, Zviad Gamsakhourdia et Viktor Rzchiladze.

Du 8 au 16 mars se déroule à Tbilissi le premier festival rock d’Union soviétique, « Le rythme du printemps ». Quelques mois plus tôt, l’Armée rouge envahissait l’Afghanistan.

1984 - Le patriarche de Géorgie, Elie II, visite le monastère Sainte –Catherine du Mont Sinaï. La bibliothèque du monastère conserve plus de 3500 volumes manuscrits, dont de nombreux en géorgien.

1988 – Manifestations de masse à Tbilissi avec pour principale revendication la sortie de la Géorgie de l’Union soviétique. Le 9 avril 1989, le mouvement est réprimé dans le sang par les troupes soviétiques.

1956

1960

1964

1968

1972

1976

1980

1984

1988

33a

Niaz Diasamidze est le chanteur et leader de 33a, un groupe de folk rock géorgien fondé en 1994 à Tbilissi. 33a livre un métissage du folk français et géorgien avec des éléments pop et reggae, sur des textes principalement en géorgien parfois en français. Le nom du groupe fait référence au numéro de l’immeuble de la rue Paliachvili à Tbilissi où habite Niaz Diasamidze.

33a - Galaktioni
33a - Me Vzivar Navshi
33a - Saperavi Ampelography

33a

Galaktioni

Comment
upload
view

Étalonnage


Dany Schelby

 

Postproduction

GIZMO Postproduktion Köln

Marc Schubert

Maximilian Dederichs

Jan Wilm Schmülling

 

Copies HD

Format Station – Marcus Winckler

Fabrication DCP

Farbkult – Erhard Giesen

Musique

 

33a - Niaz Diasamidze
„C’est la vie“
„Zamtari“ (Bolo Gaseirneba)

 

Mgzavrebi – Gigi Dedalamazishvili
„Tango“

 

Guram Bzvaneli
„Borjomis Xeoba“

 

Bera Ivanishvili
„Sizmari“

 

ET

 

Saxophone et conseil musical
Reso Kiknadze

Réalisateur & producteur

Stefan Tolz

 

Chargé de production Tbilissi

Giorgi Khutsishvili
Mzia Kurtsadze

 

Régisseur

Zurab Khutsishvili

 

Assistant électricien

Lado Reizbish

 

Service production Tbilissi

Jana Sardlishvili - Studio 99

 

Equipe de production Cologne

Katharina Jakobs
Tatjana Urban
Mareike Schreiber

 

Consultation des droits

Heiko Wiese

 

Direction du film

Andrea Rupp

 

Direction Cologne

Thomas Müller

 

Extraits du film

Georgisches Nationalarchiv

„Als die Mandelbäume blühten“
Lana Gogoberidze (GSSR 1972)

 

Extraits cités

Rustavi 2, TV9, MaestroTV

 

Merci à

Karlen Aiwazian
George Alasania
Tengo Ebralidze
Tina Guelekva
Nona Kandiashvili
Tamuna Kirvalidze
Mariam Skhiladze
Irakli Solomanashvili

sowie an die ARD Studios
Brüssel, Genf und Moskau

 

Son

 

Niko Tarielashvili

Thomas Schwarz

Ivane Gvaradze

Falk Spörri

 

Mixage & sound design

 

Marilyn Janssen

 

Mixage 5.1 & web

 

Paata Godiashvili

Web design et mise en œuvre technique

Sandro Asatiani (Sandro’s Books)

Alexi Amniashvili

Shota Ioramashvili

Tamar Kapanadze

 

Graphisme, animation et affiche

Irakli Gharibashvili (Studio QuBitz)

 

Editeur web

Tamar Kalkhitashvili

 

Réalisation et édition du site

Stefan Tolz

Assemblage

Stefan Tolz

Lena Rem

Marc Schubert

équipe d‘assemblage Tbilissi

Vano Arsenishvili

Sandro Japaridze

Unité de programme

Sabine Rollberg (WDR/ARTE)

Jutta Krug (WDR)

 

Unité de programme géopolitique (ARTE G.E.I.E.)

Claudia Bucher

Philippe Muller

 

Assistantes de rédaction WDR

Meike Mandel

Nina Albrecht

Monica Seidl

Lina Bali

 

Chargé de production WDR

Jorge Bogalho

 

Entwicklungsförderung durch die

 

Avec le soutien de Film- und Medienstiftung NRW

Première diffusion sur ARTE le 22 octobre 2013

Voix (ARTE)

Sigrid Burkholder
Hüseyin Michael Cirpici
Peter Harting
Gregor Höppner
Tom Jacobs
Matthias Ponnier

 

Textes additionnels

Holger Beckmann
Mathias Erb
Sabine Rollberg

 

Voix (web)

Heike Kühl
Jana Kühl
Eduard Schreiber
Falk Spörri

 

Traductions

Khatia Gogiashvili
Mzia Kurtsadze
Natia Mikeladze-Bachsoliani

 

Textes originaux

Stefan Tolz

Casting et adaptation

Ingrid Terhorst

Directeur photo

Thomas Riedelsheimer

Marcus Winterbauer

 

Caméra DSLR

Stefan Tolz

 

2ème équipe

Niko Tarielashvili

Michael Chauvistré

Giorgi Beridze

Levan Pataraia

 

Tea Tsulukiani

Ministre de la Justice

Mgr Calistrate

Métropolite de Koutaïssi

Bidzina Ivanichvili

Premier ministre (2012 - 2013)

Dato Imnaichvili

Mécanicien auto

Lacha Bakradzé

Historien et journaliste

Mikheil Saakachvili

Président (2004 - 2013)

Tea Tsulukiani (née en 1975) est nommée ministre de la Justice par Bidzina Ivanichvili au lendemain des législatives de 2012. Tsulukiani, personnalité politique préférée des Géorgiens, a longtemps vécu en France. Elle a effectué une partie de sa scolarité à Lyon, décroché un master à l’École nationale d’administration (ENA) de Strasbourg, travaillé dans l’entourage d’un préfet et été pendant dix ans juriste à la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg. En 2010, elle retourne en Géorgie où elle rejoint Notre Géorgie - Démocrates libres, le parti fondé par Irakli Alassania, ancien représentant permanent de la Géorgie auprès de l'ONU, qui s’est brouillé avec le président Saakachvili au sujet de l’affrontement avec la Russie en 2008. Sa nomination au ministère de la Justice a été suivie d’une série d’arrestations de hauts dignitaires de l’administration précédente et d’une amnistie pour des milliers de prisonniers « politiques ». Parmi ses objectifs majeurs, elle cite la réforme de la justice et la séparation du parquet et de l’exécutif. Elle échoue toutefois à imposer son projet de loi qui devait renforcer les droits des travailleurs. A l’avenir, elle souhaite d’une part renforcer les droits des femmes et des minorités, d’autre part libéraliser les lois en matière d’usage des stupéfiants.